Retrait de la Convention internationale sur la désertification : le Canada plus isolé que jamais

Partager

Le NPD dénonce avec véhémence la décision prise en catimini de retirer le Canada de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification.

«C’est un enjeu qui affecte la survie de milliers de personnes à travers le monde, a expliqué la porte-parole néo-démocrate en matière d'affaires étrangères, Paul Dewar. Nous avons été les premiers à signer ce protocole et nous sommes maintenant les premiers à nous retirer. Les conservateurs continuent d’isoler le Canada sur la scène internationale et la perception aujourd’hui c’est que le Canada ne fait plus partie des bons élèves.

Cette Convention, qui lutte contre la désertification et la sécheresse, est la seule entente internationale qui lie l’environnement au développement durable des terres agricoles à travers le monde.

«Le Canada a pourtant intérêt à faire partie de ce protocole, en raison de la menace de désertification et de sécheresse qui plane sur plusieurs régions du pays, notamment les prairies», signale de son côté Hélène Laverdière. Le message que les conservateurs envoient est clair; ce gouvernement se fiche de l’environnement et encore plus de ce que nos partenaires internationaux peuvent en penser.»