Les conservateurs laissent tomber les femmes enceintes

Partager

Les députés conservateurs ont bloqué un projet de loi visant à élargir l’accès au retrait préventif pour les travailleuses enceintes

Femmes enceintesFaisant fi du gros bon sens les conservateurs ont voté contre le projet de loi visant à élargir l’accès au retrait préventif pour les femmes enceintes déposé par le critique du NPD en matière de travail, Alexandre Boulerice (Rosemont–La Petite-Patrie).

À cause de l’obstination des conservateurs, une femme enceinte qui travaille pour une entreprise fédérale comme un transporteur aérien et qui est placée en congé préventif par son médecin n’a pas droit aux mêmes protections salariales qu’une autre femme dans la même situation, mais qui travaillerait pour un service municipal d’autobus.

«Pourquoi les conservateurs refusent de reconnaître cette injustice? Pourquoi persistent-ils à créer deux groupes de travailleuses avec des droits distincts? Mon projet de loi était raisonnable et aurait aidé concrètement les femmes et leurs familles. Si on veut encourager les gens à avoir des enfants, on doit leur fournir des conditions de vie adéquates pour le faire», martèle Alexandre Boulerice.

Le NPD considère qu'il est essentiel de protéger la santé et la sécurité des femmes enceintes et de leur futur enfant sur leur lieu de travail. C'est d'ailleurs ce qui motive la démarche d'Alexandre Boulerice.

Amèrement déçu du refus des députés conservateurs d’appuyer son projet de loi C-307, le député néodémocrate les invite à s’expliquer. «Le gouvernement doit dire pourquoi il considère que les femmes qui travaillent sous le Code canadien du travail ne peuvent pas être aussi bien protégées que les femmes travaillant sous les régimes provinciaux. Les travailleuses ont droit à des explications», conclut-il.