Budget 2016 : Une occasion ratée de réduire les inégalités économiques, selon Thomas Mulcair

Les Canadiens avaient de grandes attentes en vue du tout premier budget libéral déposé aujourd'hui. Le gouvernement ne leur a offert qu'une occasion ratée pour réduire les inégalités économiques et des promesses brisées. Ils ont investi 230 millions $ de moins que promis pour l'éducation des Premières Nations et 130 millions $ de moins que promis pour l'aide sociale aux enfants, pour la première année seulement.

« De nombreuses familles canadiennes s'inquiètent de leurs emplois et ont de la difficulté à joindre les deux bouts, mais ils se font dire une fois de plus qu'ils devront encore attendre pour recevoir l'aide dont ils ont besoin », a affirmé le chef du NPD, Thomas Mulcair. « Aujourd'hui, le gouvernement a raté l'occasion de s'engager réellement sur la voie du changement. »

Le gouvernement n'a pas prévu établir un seuil d'admissibilité équitable et universel pour remettre le régime d'assurance-emploi sur les rails. Il n'a pas rétabli l'accès pour les travailleurs saisonniers et continue la pratique bien connue des libéraux et des conservateurs de piller la caisse d'assurance-emploi. Le gouvernement a ainsi pu renflouer ses coffres avec plus de 7 milliards $ en contributions des travailleurs et des entrepreneurs.

« Je me suis rendu aux quatre coins du pays. Partout, les Canadiens que j'ai rencontrés m'ont parlé des emplois perdus, du poids écrasant de leur endettement et de la précarité de leur retraite », a ajouté Thomas Mulcair. « Malheureusement, le budget déposé aujourd'hui n'offre pas le changement promis par le premier ministre de réduire l'écart entre les riches et la majorité des Canadiens. »

Les libéraux ont brisé leur promesse d'éliminer l'échappatoire fiscale sur les options d'achat d'actions. Ils n'ont pas renversé les mesures fiscales des conservateurs profitant aux plus grandes entreprises. Ils n'ont pas revu leurs mesures fiscales qui offrent des milliards de dollars aux plus riches et ne profite aucunement à plus de 60 % de la population canadienne. Ils ont également été incapables de respecter leurs engagements d'investir en santé et d'améliorer l'accès aux soins à domicile.

« Préparer un budget, c'est faire des choix », a conclu Thomas Mulcair. « Les libéraux ont préféré offrir des allégements fiscaux aux PDG et aux grandes entreprises plutôt que d'aider les aînés, les enfants des Premières Nations et les personnes sans emploi. »